ALTER SUMMIT ATENE 7-8 Giugno -2013- notre proposition pour une Communauté MED-EU

notre proposition pour une Communauté MED-EU .all'ALTER SUMMIT di ATENE 6-7 Giugno 2013

Scritto da  Mimmo

    dimensione font  Stampa Email

Vota questo articolo

    1 2 3 4 5

(0 Voti)





Athènes, le 07 juin 2013

Madame, Monsieur

Vous trouverez ci-joint notre proposition pour une Communauté MED-EU (Mouvement Européen/Dastoli, Gauche Euro-Méditerranéenne/Rizzuti, European Partners for Environment/Van Ermen, Altramente/Musacchio), mise à point après le débat de Tunis dans le cadre du FSM.
La proposition d’une nouvelle Communauté MED-UE est basée sur la conviction que les peuples de la Méditerranée doivent assumer ensemble une initiative afin d’ouvrir une nouvelle phase dans les relations entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe. Dans cet esprit, nous estimons nécessaire et urgente une reforme profonde du système constitutionnel de l’Union européenne en vue de la mise en place à moyen terme d’un « méso-régionalisme multipolaire » indispensable pour contraster à l’avenir les politiques destructives de la globalisation sauvage et à sens unique. 
Il faut agir rapidement avec les instruments institutionnels dont nous disposons, compte tenu de l’échéance des présidences grecque et italienne du Conseil de l’Union ainsi que des élections européennes en mai 2014.
Ce qui se passe en Turquie et la situation dans les pays arabes nous enseignent que les sociétés civiles ne peuvent pas se limiter aux révoltes, que l’indignation et la rébellion ne suffisent pas pour changer le cours de l’histoire. 
Pour éviter la restauration et le retour en arrière, il nous faut un projet allant au-delà des frontières nationales, ayant une valeur politique, économique, sociale et institutionnel. C’est la raison qui nous pousse à partir d’une Communauté MED-UE parce que, avec toutes ses limites, l’Union européenne est la seule instance internationale qui offre des instruments concrets permettant de fonder un projet – certes ambitieux – d’une nouvelle centralité de la Méditerranée dans le scénario mondial en tant que pont entre les trois continents qui s’y retrouvent (nous parlons en effet de « alliance des trois Mers ») et d’une capacité d’action de peuples qui entourent le Nord et le Sud, l’Ouest et l’Est de la Méditerranée.
Si cette proposition vous convient, nous vous prions de la soussigner et de la soumettre aux autres associations, mouvements, partis et personnalités du Sud de la Méditerranée.
Dans l’attente de votre réponse, bien amicalement
Mimmo Rizzuti          Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. È necessario abilitare JavaScript per vederlo.
Pier Virgilio Dastoli Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. È necessario abilitare JavaScript per vederlo.
Raymond Van Ermen Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. È necessario abilitare JavaScript per vederlo.

Musacchio Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. È necessario abilitare JavaScript per vederlo.

Roberto Morea  Questo indirizzo email è protetto dagli spambots. È necessario abilitare JavaScript per vederlo.


 

  

Pour une Communauté  Méditerranéo-Européenne MED-UE
Sa valeur ajoutée dans le domaine de la paix et du droit à la dignité.


Pour les représentants des pouvoirs publics en Europe, la réponse au ‘printemps arabe’ a conduit à différentes formes de réaction : du soutien militaire (Lybie) à la paralysie (Syrie) en passant par la  tentative de renforcer les instruments de la coopération Euro-méditerranéenne en place, y compris en soutien à la société civile.


Premièrement, faut-il aller au-delà des partenariats bilatéraux revisités (tels que l'Union pour la Méditerranée et la politique de voisinage)?

Selon nous, il faut franchir un cap et, en plus des partenariats «selon des approches différenciées»  créer une « communauté  méditerranéo-européenne» limitée aux pays s’étant imposés un cadre institutionnel, juridique et démocratique régional nouveau in statu nascendi, cette communauté associant l’Union Européenne et ses voisins et s’inspirant des précédents comme la CECA et le Processus d’Helsinki.
Deuxièmement, une telle proposition de Communauté MED-UE tient-elle encore la route alors que des majorités islamiques ont pris le pouvoir, qu’une coopération avec les salafistes est impossible et que la jeunesse qui fut à la base du 'printemps arabe' a été largement dépossédée de sa victoire ?

Nous pensons que oui, plus que jamais !

Troisièmement, par rapport aux instruments en place, quelle serait la ‘valeur ajoutée’  d’une Communauté Méditerranéo-Européenne (MED-UE) entre l'UE en tant que telle et les pays méditerranéens qui ont embrassé la démocratie et ont un agenda de paix ? 

L’objectif proposé est d’associer les pays du bassin méditerranéen et l’Union Européenne dans une architecture institutionnelle qui assure la paix et le respect du droit. Les formes actuelles de coopération ne le permettent pas ou ont échoué. Nous proposons d’étudier un système prévoyant une Haute Autorité indépendante et un comité de ministres comme il avait le cas pour la CECA mais aussi un « Sénat » élu au suffrage universel et direct ainsi qu’un Tribunal MED-EU disant le droit.

Il s’agit de mettre en place  de nouveaux mécanismes en mesure d’arrêter ces trois formes de violence auxquelles nous allons revenir : la violence entre Etats ainsi que dans les Etats, l’élimination de la violence d’Etat (la gouvernance) et l’élimination  de la violence de classe (la solidarité sociale). Nous allons nous attacher à examiner comment une Communauté MED-UE peut mettre un terme à ces trois formes de violence en proclamant des valeurs et disant le droit.

Nous demandons qu'une conférence diplomatique soit convoquée lors de la présidence italienne de l’UE, durant le second semestre 2014.

La conférence diplomatique 2014 devrait disposer de trois rapports :

-         les conclusions d'une rencontre de juristes sur la comparaison des chartes des droits fondamentaux de l'UE, des pays arabes et de la charte islamique et les éléments qui devraient faire partie du Traité de la Communauté MED-UE

-         un rapport d'une conférence des parties intéressées (Entreprises, Banques, Villes, Régions, Syndicats, ONG) sur un plan d'action 'croissance verte dans une économie circulaire MED-UE'.

-         les conclusions d’Etats Généraux de la Jeunesse MED-UE qui seraient convoquées pendant le premier semestre 2014

N'est ce pas le moment pour les riverains de la Méditerranée de prendre la tête d'une révolution planétaire pour une société du bien-être pour tous, dont les bases seraient jetées par la Communauté Méditerranéo-Européenne (MED-UE) ?

La conférence diplomatique de 2014 sur la constitution de la Communauté MED-UE devrait être ouverte à la société civile méditerranéenne. C’est avec la société civile qu’il faut inventer une relation en réunissant les nouvelles générations du nord et du sud de la Méditerranée autour de l’idée qu’elles ont la responsabilité historique d’inventer une nouvelle réalité, une nouvelle appartenance, une nouvelle aire commune.

Choisissons d’innover. Choisissons la fraternité. Choisissons la paix, la citoyenneté et la prospérité dans un cadre répondant aux défis du XXIème siècle pour un nouvel âge d’or en Méditerranée et en Europe.

 

Lettre ouverte à … Monsieur le Premier Ministre,


Jusqu'à l'année 1099 et ceci pour une longue période, le monde arabe a été la source de la plus grande civilisation parmi les régions européennes, africaines et asiatiques autour de la Méditerranée allant de l'Espagne à l'Iraq.
L'Histoire nous rappelle que le Concile de Clermont Ferrand (novembre 1095) avait mis fin au pacifisme chrétien et ouvert la voie au bellum sacrum avec les Croisades initiées en 1096 et conclues en 1538.
L'année 492 de l'ère musulmane les Croisades sont arrivées dans la Ville Sainte et les chrétiens ont égorgés hommes, femmes et enfants en tuant tous les Musulmans ainsi que les juifs qui ont trouvé la mort dans leur Synagogue.
Pourtant, les Occidentaux avaient appris des Arabes les éléments essentiels de la médicine, de l'astronomie, de la chimie, de la géographie, de la mathématique et de l'architecture étant en plus conscients que la connaissance de la culture arabe - à commencer par la langue - était essentielle pour assurer l'expansion de leur œuvre de colonisation.
Depuis les Croisades, le monde arabe a été prisonnier pendant des siècles de l'obscurantisme et de l'intégrisme. Selon l'opinion de Amin Maalouf, la défaite du monde arabe n'a pas été provoquée par la supériorité militaire des Occidentaux mais par leur incapacité de construire des institutions stables et donc de développer des règles communes porteuses de droits et de libertés.
La Communauté européenne pendant trente ans et ensuite l'Union européenne pendant plus que vingt ans ont été incapables d'établir avec les voisins méditerranéens des relations allant au-delà des commerces (presque à sens unique vers l'Europe) et basées sur le principe que la stabilité de régimes monarchiques totalitaires aurait eu la primauté sur la défense des droits de l'Homme.
Nous avons en plus communiqué à nos citoyens une image fausse des voisins méditerranéens en associant le monde arabe avec l'Islam, en établissant notre melting pot de Sunnites, Shiites, Persiennes, Kurdes, Maronites etc et en sous-estimant les signaux d'évolution comme celui de la période de la réforme laïque en Iran.
Le réveil des jeunes arabes, qui représentent presque la moitié des populations de nos pays voisins, baptisé par nos médias et nos experts comme "le printemps arabe" nous a surpris et pourtant il y avait eu des manifestations significatives dans un grand nombre de pays arabes avant le suicide à Sidi Bouzid de Mohamed Bouazizi.
L'Europe est prisonnière de la pensée unique sur la primauté de la rigueur financière mais elle devrait se réveiller pour comprendre tous les avantages politiques, sociaux et culturels avant qu'économiques et commerciaux d'une grande communauté euro-méditerranéenne.
Comme en 1950 avec la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier et en 1989 après la fin de l'impérialisme soviétique, nous devrions réfléchir avec urgence à une roadmap euro-arabe unissant nos intérêts stratégiques communs (l'énergie, l'eau, l'environnement, l'immigration et la mobilité des jeunes, l'intégration des marchés mais aussi les valeurs de la dignité humaine et de la non-discrimination) dans un cadre institutionnel partagé avec une Haute Autorité chargée de gérer les intérêts communs, un Tribunal des droits, un Comité permanent de ministres et un Sénat élu au suffrage universel.

 

Il faudra promouvoir une Conférence diplomatique euro-méditerranéenne à laquelle y inviter comme observateurs les USA, la Russie et la Chine et la préparer par une grande Conférence de la société civile comme il a été le cas lors du Congrès de La Haye en 1948.

www.snistraeuromediterranea.it

Aggiungi commento


Codice di sicurezza
Aggiorna